Migraine durant la ménopause

G. Merki / Février 2013

Migraine durant la ménopause
Car il n’a a plus de maturation folliculaire durant la ménopause, les taux œstrogène restent constants à un niveau bas. Cette situation amène chez un bon nombre des patientes migraineuses  une amélioration de leurs souffrances avec une diminution de la fréquence et de l’intensité des crises. En particulier des femmes qui ont souffert auparavant d’une migraine cataméniale, se sentent souvent soulagées d’une manière importante. Il est à considérer comme rare qu’une migraine commence à se manifester dans cette période de la vie.


Traitement  hormonale substitutif (THS)
Dans ce genre de thérapie on utilise des préparations qui contiennent des œstrogènes et des progestatifs  en forme de comprimées, patch ou gel. Des hormones sont indiquées pour le traitement de troubles de la ménopause, comme les « bouffées de chaleur », les troubles du sommeil ou l’irritabilité. Ils peuvent également ralentir une ostéoporose et être utile pour la prévention de l’artériosclérose.

Si un traitement hormonal substitutif doit être introduit pour cause de migraine, une application par voie percutanée comme avec des gels ou patch est à préférer, car le taux du médicament dans le sang reste plus stable durant la journée par rapport à la prise du médicament par voie orale.

L’évolution positive d’une maladie migraineuse en ménopause peut se ré-péjorer sous traitement hormonal substitutif. Dans ces cas, les avantages et désavantages d’un tel traitement sont bien à comparer. Il faut considérer la sévérité subjective des troubles hormonaux et le risque individuel d’ostéoporose d’un côté  et à la fréquence et la sévérité de la migraine ainsi que l’efficacité des traitements non-hormonaux de l’autre côté.