Vertiges et céphalées

A. Palla /Février 2013

Les vertiges sont, après les douleurs dorsales et les céphalées, le troisième symptôme le plus fréquent dont se plaignent les patients dans un cabinet médical. Il n'est donc pas étonnant que les vertiges soient souvent accompagnés de céphalées. D'un point de vue purement statistique, la survenue simultanée purement par hasard des deux affections concerne environ 1% de la population. Si l'on interroge les patients souffrant de céphalées de type migraines pour savoir s'ils ressentent également des vertiges, il est intéressant en effet de constater qu'il s'agit ici plus que d'un hasard. Les vertiges semblent effectivement être un symptôme de la migraine. Considérant cette hypothèse, le médecin peut poser le diagnostic de ce qu'on appelle la migraine vestibulaire.
 
Les symptômes de vertiges dans un contexte de migraine vestibulaire peuvent se présenter de manières très diverses. Ils peuvent comprendre une sensation de rotation, de vacillement, de basculement jusqu'à une sensation d'élévation ou encore seulement un sentiment d'insécurité en station debout et pendant la marche. Ce qu'il faut retenir est que les symptômes ressentis sont toujours décrits comme une perturbation de l'équilibre. En d'autre mots, s'il y a présence de vertiges dus à une hypotension artérielle (aussi appelée vertiges orthostatiques), le diagnostic d'une migraine vestibulaire ne peut être envisagé. Il est également essentiel de remarquer que, malgré ce que le nom peut laisser entendre, souvent la migraine vestibulaire ne s'accompagne pas de céphalées et peut être de durée bien plus courte (quelques secondes) ou bien plus longue (plusieurs jours à plusieurs semaines) qu'une crise de migraine caractéristique.

Étant donné que la migraine vestibulaire peut se révéler de manières très variables, le diagnostic est souvent difficile à établir. Il peut alors être utile d'interroger le patient de manière ciblée sur les caractéristique suivantes :
1) il doit y avoir eu au moins deux crises de vertiges ;
2) le patient doit souffrir de migraine actuellement ou au moins dans le passé ;
3) au moins une crise de vertiges doit être accompagnée de symptômes caractéristiques de la migraine (par ex. céphalées, sensibilité à la lumière ou au bruit, scotome scintillant).
Si même après avoir interrogé le patient concernant ces caractéristiques il n'est pas possible d'établir le diagnostic de manière certaine et si d'autres causes des vertiges ont été exclues, on peut tenter de manière pragmatique un essai de traitement. On mettra alors en œuvre des substances dont l'efficacité
est avérée pour le traitement d'urgence et prophylactique des céphalées de type migraines.