Céphalées de tension

B. Nater, T. Sprenger, P. Sandor / Février 2013

Ce qu'on appelle céphalées de tension font partie, de même que les migraines, des céphalées primaires, c'est à dire qu'elles n'ont aucune cause identifiable. Bien qu'elles soient plus fréquentes que les migraines, il existe moins d'études à ce sujet. Elles ont longtemps été considérées comme une souffrance purement psychologique, raison pour laquelle elles ont été désignées par divers termes, tels que céphalées de tension nerveuse, psychogènes, de spasmes musculaires ou psycho-myogènes.

Les céphalées de tension épisodiques de fréquence peu élevée ne perturbent généralement que peu la vie des patients. Les céphalées de tension fréquentes ou chroniques sont au contraire bien plus difficiles à supporter et affectent la qualité de vie.

La douleur n'est généralement pas pulsatile. Elle est décrite comme une lourdeur ou une pression, et est généralement bilatérale. Elle est moins forte que dans le cas de céphalées de type migraines et n'est en principe pas accentuée par une activité physique. Des nausées et des vomissements n'en sont pas caractéristiques. Ces différences caractéristiques permettent de distinguer les migraines des céphalées de tension, les patients souffrant de migraine souffrant généralement aussi de crises de céphalées de tension.

En particulier dans le cas de céphalées de tension, il est nécessaire de rechercher d'autres causes de ces céphalées. Les mécanismes d'apparition des céphalées de tension sont encore peu expliqués. Des études ont montré qu'on observe une tension musculaire partiellement augmentée et, dans la forme chronique, une plus grande sensibilité du système nerveux central. Contrairement aux migraines, il existe peu de nouveaux médicaments. Le traitement des céphalées de tension sera traité dans un autre chapitre.