Migraine vestibulaire


A. Palla, C. Gobbi, O. Meienberg / juillet 2015


Les recommandations thérapeutiques concernant la migraine vestibulaire sont globalement les mêmes que celles de la migraine ; sur la présomption qu’il s’agit du même processus physiopathologique, ainsi que devant le manque de grandes études randomisées placebo-contrôle.
Il y a toutefois une petite étude randomisée concernant le traitement de crise par un triptan, zolmitriptan, de la migraine vestibulaire. Cette dernière a montré l’avantage du triptan par rapport au placebo (Neuhauser H et al. Zolmitriptan for treatment of migrainous vertigo : a pilot randomized placebo-controlled trial, Neurology 2003). D’autres triptans, par exemple le sumatriptan et le rizatriptan semblent être efficaces. Les AINS sont également approuvés. Concernant la nausée, l’usage de dimenhydrinate est recommandé ; ce dernier a prouvé son efficacité dans le mal de voyage et les courts épisodes de vertiges vestibulaires.
En ce qui concerne la prophylaxie, les bétabloquants et la flunarizine sont recommandés en première ligne, le valproate de sodium et le topiramate en second choix. Il est important de mentionner une récente étude montrant une efficacité de l’association de cinnarizine et dimenhydrinate (Teggi R et al. Fixed combinattion of cinnarizine and dimenhydrinate in the prophylactic therapy of vestibular migraine : an observational study, Neurol Sci 2015).    Il faut de prendre garde à la prescription de betahistidine, utilisée fréquemment lors de vertiges périphériques, mais qui peut engendrer des céphalées.